en English
ar العربيةzh-CN 简体中文nl Nederlandsen Englishfr Françaisde Deutschit Italianopt Portuguêsru Русскийes Español
Les actualités

Covid long : 13% des patients “vont développer des symptômes prolongés plus dun mois après leur infection”, s – franceinfo

Le Dr Barizien insiste sur la nécessité d’une prise en charge rapide. “Si on attend six ou huit mois, c’est beaucoup plus compliqué de revenir à un état normal”, assure-t-il.

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

Nicolas Barizien, chef du service de rééducation fonctionnelle à l’hôpital Foch à Suresnes a créé une consultation Réhab-Covid pour les patients souffrant de symptômes plusieurs semaines voire mois après avoir été infectés par le Covid-19. Selon lui, pour soigner ces malades d’un Covid long, il faut “une approche multi-disciplinaire”, explique-t-il dimanche 12 septembre sur franceinfo.

>> Cure thermale spéciale pour les “Covid longs” : “On est venu pour apaiser les douleurs”

Les patients atteints d’un Covid long souffrent souvent d’une “sensation d’essoufflement au moindre effort”, mais aussi des “douleurs musculaires, articulaires”, détaille le médecin ou encore des maux de têtes, nausées, vomissements et des troubles neurocognitifs. Pour les soigner, il faut agir sur plusieurs plans, selon Nicolas Barizien.

“Ces gens ont besoin d’apprendre à récupérer. Ils ne savent plus bien dormir, bien se reposer.”

Dr Nicolas Barizien

à franceinfo

Il faut également “refaire le point au niveau diététique parce que certains types d’alimentations vont favoriser la fatigue, l’hypoglycémie ou l’inflammation articulaire”. L’activité physique est aussi un moyen important pour “remettre son corps dans le bon sens”, vante ce médecin du sport. Un accompagnement psychologique est enfin primordial, souligne le chef du service de rééducation fonctionnelle à l’hôpital Foch à Suresnes.

“Les dernières études les plus récentes disent qu’il y a à peu près 13% des patients qui vont développer des symptômes prolongés après le Covid, c’est à dire plus d’un à trois mois après leur infection”, détaille-t-il. “Ils restent impactés sérieusement dans leur quotidien.” Il appelle les patients à ne pas attendre pour être pris en charge. “La prise en charge et l’accompagnement est d’autant plus efficace quand il est rapide. Si on attend six ou huit mois avant d’être pris en charge, c’est beaucoup plus compliqué de revenir à un état normal.”